ORGUES DELMOTTE SPRL
Historique
Travaux
Entretiens
Festivals
Contacts
Contacts
Historique 1
Grandes Orgues de Châtelet (B) - Maurice DELMOTTE - 1942

La maison Delmotte relève d’une longue tradition familiale de facteurs d’Orgues transmise de père en fils. En 1812, Pierre-Fidèle Delmotte (1792-1867) horloger auprèsde son père, puis organiste, crée sa propre manufacture à Saint-Léger dans la province du Hainaut en Belgique.  ll s’associe avec son frère durant une dizaine d’années.

Grandes Orgues de Châtelet (B) - Maurice DELMOTTE - 1942

En 1855, Théophile Delmotte (1833-1909), fils de Pierre-Fidèle se rend à Paris pour s’initier au style symphonique chez A. Cavaillé-Coll. Il travaille avec ses deux frères Edouard et Constantin. Ce dernier restera à Saint-Léger où il se spécialisera dans la fabrication des tuyaux d’orgue alors que Edouard et Théophile s’installent à Tournai en 1872. Les églises de Belgique ainsi que du Nord de la France, notamment le Pas de Calais, acquièrent des orgues construites par la firme Delmotte. Cette époque voit de toutes parts, la production devenir « industrielle » et la Maison Delmotte ne fera pas défaut en se dotant d’une usine à vapeur vers 1885. C’est durant cette période que fut mis au point un nouveau système de transmission à dédoublement dont, entre autres,  l’orgue de Roncq est équipé…

C’est avec Maurice Delmotte (1885 - 1961) succédant à son père Théophile en 1909 que la célèbre maison tournaisienne connaîtra son plein essor. A partir les systèmes mécanique et pneumatique, il aborde le système électro-pneumatique qui deviendra vite incontournable à cette l’époque. Il construit peu d’instruments dits « à compression », leur préférant le système pneumatique à dépression caractérisé par une inertie quasi nulle et donc possédant un temps de réponse pratiquement immédiat. Le sommier est équipé de soufflets à un trou pour la note ou à deux trous pour la note et le jeu. Totalement pneumatique pour les instruments du début (Jumet-Gohissart), la commande du relais de notes deviendra ensuite électrique (Charleroi Saint Christophe et Ville Basse…).  De plus, les systèmes pneumatique et puis électrique ont permis d’enrichir la palette sonore  des jeux de l’orgue...

En réponse à la demande  de virtuosité des compositeurs de l'époque, le toucher des claviers en a été rendu plus fluide. L'interprète à également pu bénéficier de manipulations plus faciles en ce qui concerne la traction des registres et accouplements, les combinaisons préparées de jeux, les Tutti et Crescendo…L’orgue de Châtelet est un exemple «vivant» des prouesses technologiques de l’époque.

Des petits frères de cet instrument prestigieux peuplent de nombreuses églises (Auvelais, Maredsous…) L’électricité a également permis

de construire des orgues  en système  "Unit"  qui se caractérise par un dédoublement des jeux… La registration peut être ainsi étendue

d’une ou deux octaves vers le grave ainsi que vers l’aigu (Bois du Luc).

Maurice Delmotte construira l’orgue le plus monumental de Belgique (110 jeux) à l’I.N.R.Institut National de Radiodiffusion) à Bruxelles en 1940.